Grève des médecins résidents

Par Mona Péralte, Haïti Liberté, édition du 21 au 27 octobre 2020 

Comme l’avait annoncé le docteur Philippe Demangles, les médecins résidents du pays vont devoir être obligés de faire la grève puisqu’ils n’ont pas reçu depuis plus d'une année leurs frais mensuels et réclament également de meilleures conditions de travail. 

Docteur Demangles critiquait la mauvaise foi et l’irresponsabilité des responsables des hôpitaux qui n'ont pas fait le suivi administratif nécessaire pour s'assurer du versement régulier des frais des médecins résidents. 

Les travailleurs de la santé sont tout comme les autres ouvriers victimes de la mauvaise foi des patrons exploitant les forces de travail des masses laborieuses. Les médecins sont fatigués de cette situation qui se répète alors que cette allocation pour les résidents est convenablement prévue dans le budget du ministère de la santé publique. 

L’arrêt de travail est déjà entamé par les résidents de la Maternité Isaïe Jeanty de Chancerelles depuis le 12 octobre 2020, toutes les activités sont donc paralysées et exigent selon le Dr Caleb Dauphin résident en obstétrico-gynécologie « Pas de question de recommencer à travailler sans avoir reçu leurs dus ». 

Le Dr Wilson Bonhomme, l’un des résidents grévistes a pour sa part signalé que déjà « Avec 12 ou 13 000 gourdes par mois comme frais, les résidents ne peuvent pas fonctionner normalement, d’autant que pour l’année fiscale 2018-2019, ils leur manquent encore deux mois » Cela signifie 2 mois de l’année fiscale 2018-2019 plus celle 2019-2020 à elle va ajouter celle a peine entamée 2020-2021. 

Malgré que la grève des médecins résidents devrait perturber fortement le fonctionnement des hôpitaux sur l'ensemble du territoire, les autorités sanitaires et de l’Etat n’ont rien fait pour l’éviter ; elles laissent empirer la situation, une façon de reconnaitre comment elles n’ont aucun souci de la santé voire de la vie des autres, surtout ceux qui n’ont aucun moyen pour aller se faire soigner dans un centre privé ou à l’étranger comme le font les bourgeois capitalistes du pays. 

C’est le même constat à l’hôpital Justinien du Cap-Haitien, depuis leur entrée en résidence en décembre 2019, les résidents 1 ne sont pas rémunérés, alors que les autres, plus anciens, ne reçoivent aucun frais de plus environ 6 mois, a fait savoir Dr Patrick André, porte-parole du comité central. 

Ce mouvement entamé par les médecins résidents va frapper tout le pays en général si les revendications des travailleurs de la santé ne sont pas respectées et agréées. Ce mouvement de grève va d’ailleurs s’étendre à tous les hôpitaux universitaires du pays avec le support du comité national des médecins en résidence hospitalière.